Rechercher

les émotions morales

Évidemment les émotions morales doivent s’équilibrer, car même si elles sont nécessaires, leur excès ou leur manque peut devenir un frein au développement de l’être humain.


Nous connaissons tous les émotions primaires ou émotions de bases qui sont la joie, la tristesse, la colère, la peur, le dégout et la surprise. Ce sont des émotions universelles, innées, qui existent en chaque être humain et qui sont visibles grâce aux expressions du visage.

Mais connaissez-vous les émotions secondaires dites émotions morales ?

Les émotions morales ou sociales sont des émotions indispensables pour interagir dans une société et dans un groupe. Elles développent notre relation aux autres et notre sens morale. Elles nous permettent de vivre ensemble.

Les émotions morales sont : la gratitude ; l’empathie ; le mépris ; la fierté ; la honte ; l’embarras et la culpabilité.

Contrairement aux émotions primaires, elles ne sont pas innées mais s’acquièrent au fur et à mesure. Elles ne sont pas universelles mais culturelles. Elles n’ont pas de distinction physique spécifique (comme le visage) mais sont plutôt lié à une posture générale.

Pour acquérir ses émotions morales, il faut avoir acquis des habiletés cognitives comme une conscience de soi stable, et avoir conscience des règles et des normes définit par la société. Ainsi, elles commencent à se mettre en place à partir de 2-3ans mais évolueront au fur et à mesure du développement cognitif de l’enfant pour être vraiment intégré à l’adolescence. En effet, il faut que l’enfant puisse comprendre que l’autre ait un point de vue différent de lui, avec des jugements et des valeurs différentes des siennes.

Ces émotions morales sont apprises au sein de l’environnement proche (famille ; école) par les valeurs inculquées.

Elles vont permettre de réajuster et réguler les émotions primaires. Ainsi, un comportement aura des répercussions positives ou négatives sur les autres et entrainera des émotions morales (culpabilisation, fierté, empathie, etc) qui permettront de réajuster (ou pas), par la suite le comportement, selon les conséquences décelées.

Ses émotions morales ont un impact direct sur sa relation aux autres et le fait de s’intégrer dans un groupe et de respecter des règles ou pas (on parle de comportement pro social ou antisocial). Elles ont un impact direct sur la santé, les relations sociales et la réussite professionnelles.

Evidemment les émotions morales doivent s’équilibrer, car même si elles sont nécessaires, leur excès ou leur manque peut devenir un frein au développement de l’être humain.


1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout