Rechercher

la culpabilité

La culpabilité fait partie des émotions morales, qui nous permettent de vivre ensemble. Ainsi, se sentir coupable nous permet de limiter des comportements qui pourraient nuire à autrui. C’est comme un baromètre moral qui va réguler nos pulsions et restreindre nos passages à l’acte.

A la différence de la honte où nous ressentons une dévalorisation de soi et une envie de disparaitre, la culpabilité va induire en soi un besoin de réparation. Alors que la culpabilité incite à agir, à trouver des solutions pour se sentir mieux, la honte nous dissocie, nous déracine de nous-même, créant une réelle blessure de l’âme.

La culpabilité peut donc avoir un effet positif, si elle est conscientisée dans le sens où elle nous amène une action réparatrice : par exemple demander pardon a quelqu’un à qui nous avons fait du mal.

Mais elle peut aussi nous empêcher de vivre quand elle devient une source d’angoisse et régit nos comportements de manière inconsciente en créant des autos sabotages. Cette culpabilité sous-jacente trouvent souvent ses origines dans la petite enfance où nous n’avons pas toujours conscience des règles sociales et où le regard désapprobateur sans mots et sans explication s’engramme en nous. Nous ressentons alors un fort sentiment de fautes, sans en comprendre le sens et surtout sans avoir le moyen de réajuster nos comportements. C’est souvent le cas de l’enfant qui fait des bêtises et qui ne comprend pas ou n’a pas la possibilité de les réparer. Il ressentira le regard culpabilisateur de ses parents et se sentira responsable sans savoir comment y faire face. Cela peut prendre aussi d’autres tournures comme la culpabilité liée à la loyauté familiale où le fait de transgresser une croyance familiale peut amener une grande culpabilité. Par exemple si la famille a vécu dans la pauvreté, le fait de réussir et de gagner beaucoup d’argent peut amener à la culpabilité.

Une culpabilité sans réparation amène des comportements d’auto-sabotages qui vont nous faire répéter des expériences malheureuses pour soi. A l’inverse l’absence de culpabilité amène à des comportements destructeurs (comme c’est le cas des psychopathes qui rationnalisent leurs comportements en accusant les autres et refusant d’assumer leurs fautes).

Prendre conscience de son sentiment de culpabilité, en regarder les effets, changer ses comportements, trouver des solutions, peut amener une libération et restaurer l’image de soi.


13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout