Rechercher

le besoin de l'autre


L’être humain est un être profondément social. A sa naissance, il a besoin de respirer, manger dormir mais surtout d’exister dans le regard de l’autre. En effet, il ne peut survivre seul et le besoin d’attachement est aussi primordial que les besoins physiologiques. C’est la théorie de l’attachement.


Cette théorie a été développé en 1969 par John Bowlby et elle continue de nos jours a être validé par de nombreux spécialistes, comme le neuro psychiatre Boris Cyrulnik.

Se basant sur des travaux d’étiologues sur l’empreinte de naissance des animaux, John Bowlby étudie les liens qui unissent l’enfant à sa mère et, avec d’autres chercheurs, ils constatent que le premier lien qu’un enfant établit avec sa mère (ou la personne qui s’occupe de lui) a une influence majeure sur son développement et ses comportements futurs.

De nombreuses recherches ont validé cette théorie notamment une expérience réalisée au 13e siècle : le roi Frédéric II de Prusse qui voulait savoir quelle était la langue "naturelle" de l'être humain. Pour cela, il installa six bébés dans une pouponnière et ordonna à leurs nourrices de les alimenter, les endormir, les baigner, mais surtout, de ne jamais leur parler et d’établir un lien affectif avec eux (pour ne pas qu’elles influencent le bébé). Les 6 bébés dépérirent. Cette expérience démontre bien que les bébés ont besoin de relations, de communication, d’affection et pas que d’une simple satisfaction de leur besoin physiologique.


Ainsi, au même titre que les animaux, le bébé est câblé, dès sa naissance de comportement (comme le sourire, le regard, l’agrippement, les pleurs), pour établir une relation d’attachement avec la personne qui s’occupe de lui. Selon la réponse que lui donnent les personnes proche de lui (généralement les parents) il va développer ce que l’on appelle un attachement sécure ou insécure, c’est-à-dire que selon la réponse et la préoccupation des parents envers leur bébé, l’enfant se sentira en sécurité ou pas. Le type d’attachement joue un rôle important tout au long de la vie car les premiers liens se mémorisent dans l’inconscient et vont déterminer notre rapport à soi, à l’autre, au monde.


Cependant, ce type d’attachement ne conditionne pas entièrement notre personnalité, même si elle a un vrai impact. On sait aujourd’hui que l’attachement ne dépend pas d’une seule personne (en l’occurrence la mère) : l’enfant peut trouver dans son entourage proche d’autres figures d’attachement qui vont l’aider à se construire. De plus elle peut évoluer dans le temps, notamment grâce à des rencontres déterminantes qui peuvent récréer ce lien manquant. C’est ce qu’on appelle la résilience (concept développé par Boris Cyrulnik).


L’attachement est donc un besoin fondamentale primaire qui a un impact émotionnel important. Développer des relations sécures et privilégié avec l’autre est aussi essentiel que manger boire dormir et respirer.



0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout